la Graphothérapie, la rééducation de l’écriture…

Il s’agit de la rééducation de l’écriture. Une thérapie mise en place pour aider les enfants dans leurs difficultés d’apprentissage, comme l’écriture. Contrairement à ce qu’on peut croire, le geste scripteur n’est pas inné, comme la lecture, il s’apprend.

De plus en plus d’enfants ont besoin d’aide pour avoir le bon et beau geste d’écriture.

La Graphothérapie concerne les enfants de 5 à 13 ans, c’est-à-dire du stade pré-calligraphique au stade post-calligraphique. Et avant « la crise » de l’écriture où l’adolescent a ce désir de s’affranchir.

Plus rarement, la graphothérapeute peut aussi accompagner des adultes qui pour des raisons diverses ont des pertes d’acquis ou des douleurs quand ils écrivent. La rééducation sera essentiellement portée sur la motricité fine, et non sur l’apprentissage calligraphique des lettres et des liaisons.

La démarche en graphothérapie

Après une consultation bilan, la graphothérapeute décide ou non du nombre de séances nécessaires pour la rééducation. Sa durée dépend de la nature du trouble ou des difficultés.

Ce sont des séances de graphothérapie de 20 min à 1h. Une thérapie courte est de 5 à 8 séances.

Une graphothérapie longue compte en moyenne une vingtaine de séances de ¾ d’heure.

CONTACT

Vous souhaitez avoir plus de renseignements sur nos prestations ou demander un devis ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

  • Vous trouvez que l’écriture de l’enfant est illisible ?
  • Votre enfant a du mal à écrire ?
  • Votre enfant est lent lors de ses devoirs ?
  • Votre enfant se plaint de douleurs à la main ou au poignet ?
  • Vous vous plaigniez de la propreté des cahiers de votre enfant ?
  • Votre enfant se plaint d’avoir mal à la tête quand il doit copier un texte ?

    Votre Prénom*

    Votre Nom*

    Votre adresse de messagerie*

    Votre téléphone*

    vous êtes : un particulierune entreprise

    Votre message

    * champs obligatoire

    La rééducation graphique dépasse souvent la simple technique. D’autres facteurs sont à prendre en compte, la dysgraphie n’est que le symptôme révélateur d’autres problèmes. Le problème de chaque enfant est à prendre dans sa totalité et dans son individualité.

    Les séances, la durée de la thérapie dépendent donc de chaque enfant, de son profil d’apprentissage, de l’importance des difficultés. Le but de la rééducation est de ramener la souplesse au niveau des doigts et des poignets pour aboutir à une aisance du mouvement graphique. Il s’agit de produire une détente générale et de corriger les mauvaises positions de la main et des doigts.

    Les troubles d’écriture trouvent aussi leur origine dans des troubles de la latéralité ou de représentation de l’espace, mais aussi dans des troubles du comportement. La graphothérapie est ainsi une partie de la prise en charge, souvent compléter par de la psychomotricité, de l’ergothérapie ou de la psychothérapie.

    Les difficultés d’adaptation à la scolarité peuvent être aussi une cause de certaines difficultés d’écriture. Il peut s’agir d’enfants très actifs, ayant des problèmes de concentration, ayant des difficultés à mobiliser leur attention et à se maintenir en état passif d’écoute. La contrainte à l’immobilité imposée est souvent mal vécue, il en résulte un tracé heurté et impulsif.

    Cela peut aussi concerner le cas d’enfants dont le niveau intellectuel supérieur (HP) se trouve en décalage avec une maturation graphomotrice, et qui ne parvient pas à atteindre le degré de vivacité que son activité intellectuelle voudrait imposer.

    Une autre possibilité est celle d’enfants au rythme d’action et de réaction très secondaire, qui par un tracé trop lent ont du mal à automatiser l’acte d’écrire. Il en résulte souvent un effort démesuré pour écrire et du coup une difficulté à la dépasser pour aborder d’autres notions comme l’orthographe et la syntaxe.

    Mais, n’oublions pas que le langage écrit n’a d’intérêt que s’il devient une ouverture à l’expression et à la parole. Aussi, la rééducation graphique doit donner le goût et le plaisir de s’exprimer par écrit. Les séances doivent donc rester ludiques, dans certain cas, j’aime faire travailler l’imaginaire des enfants, le dessin ou la peinture, avec des consignes précises sont des bons exercices préparatoires à la calligraphie.

    EPISTOLA – graphothérapie et graphothérapeute est fondateur de EPISTOLA, programme numérique et économique de rééducation de l’écriture manuscrite pour les enfants par leurs parents.